Raquettes au Nant du Beurre

Après tant de temps passé sans toucher le moins du monde à ce blog, je reviens, remontée à bloc, pour raconter plein de choses, et surtout reposter quelques dessins et photos (oui, je vais mettre mes photos ici aussi finalement).

Je ferais surement un article pour raconter/illustrer en bref tous ce qu’il s’est passé entre août 2015 et avril 2016, qui justifie (ou pas d’ailleurs) mon absence prolongée en ces lieux.

En attendant, la reprise est dédiée au Nant du Beurre! « Au quoi?! » me direz-vous, ce à quoi je vous répondrais que c’est un refuge très sympathique du massif de la Tarentaise. (et aussi, je rajouterais bien que la plupart des refuges alpins ont tous des noms à coucher dehors!)

Donc ce weekend était le seul sur 3 mois à peu près où le geek et moi avions la possibilité de partir prendre l’air frais de la montagne. Comme on est accros, tant pis pour la météo, on cherche un refuge pas trop loin dans les Alpes, où les raquettes sont encore à l’ordre du jour. Et c’est là qu’on tombe sur le Nant du Beurre, duquel on avait déjà entendu parler vaguement, dans d’autres refuges.

Samedi matin c’est donc le décollage pour Le Grand Naves, point de départ de la rando. Il fais soleil, et on démarre à fond mais … à pieds. Zéro neige au départ de la rando malgré ce qui nous avait été assuré lors de la réservation. Le Grand Naves est un petit patelin de montagne mignonnet où l’on peut laisser la voiture. La direction du refuge est indiquée partout dans le village, ce doit être l’attraction touristique du coin, réputé pour son domaine de ski de fond.

Pendant la montée, ça se gâte un peu, et même si on garde le soleil devant nous, les nuages nous rattrapent.

IMG_3418-1

Mais la menace ne sera pas mise à exécution (pour le moment) et après 680m de dénivelé sur 4km, on arrive péniblement au refuge. Ça paraît pas grand chose comme ça, mais on a pas dépassé les 3km/h pour cette montée! J’ai clairement senti passé ces pauvres petits mètres positifs… A côté de ça, la balade est bien balisée, des panneaux ponctuent régulièrement le chemin pour donner la direction du refuge, et des grands piquets balisent toute la montée. C’est plutôt accessible.

Donc revenons-en au NDB (oui parce que ça va un moment, mais là je commence à avoir la flemme de l’écrire en entier). Comme souvent, le refuge existait depuis longtemps et a juste été reconstruit à côté en plus moderne. L’ancien est beaucoup plus photogénique:

IMG_3420-1

Mais ce qui donne envie à côté du refuge, c’est le pic de Dzonfié, qui n’attend qu’une chose c’est qu’on aille voir ce qui s’y passe. Comme on est partis plutôt cool, on se dit que le Dzonfié attendra demain matin, et on profite plutôt des couleurs que lui donne le soleil couchant avec un chocolat chaud sur la terrasse.

1604 - Le Dzonfier

Mais c’est là notre grossière erreur. Parce que la menace dont je faisait mention plus haut a été mise à exécution dans la nuit. Ça s’est traduit par 10 cm de neige (coooool) et 2m de visibilité dans le brouillard! (aaaarg)

Bon on se lance quand même, mais on va que jusqu’au col des Tufs Blancs d’où on verra… du blanc, et uniquement ça.

IMG_3442-1

Dommage pour ce coup-ci, le Dzonfié ne perd rien pour attendre! J’aurais en tout cas pu étrenner mon nouveau sac de rando, qui est juste fantastique (mais que je vais devoir régler un peu pour m’éviter les bleus sur les épaules et aux hanches, ça m’apprendra à ne pas lire la notice de réglage avant).

Pour celles que ça intéresse, c’est un Osprey, le Kyte 36. Je le trouve nickel pour une rando de deux jours tranquilles, si vous êtes pas du genre à prendre trop d’affaires. J’avais un Deuter Futura 24 jusqu’à présent, qui n’était pas du tout adapté car beaucoup trop petit pour mon dos: attention avec ce modèle qui est je crois special « short back ».

On redescend donc sous la neige d’abord puis la pluie battante, pour revenir trempé au Grand Naves, puis à Lyon.

On aura pas fait grand chose, sportivement parlant. Mais au moins, comme prévu, on aura pris l’air frais de la montagne!

Publicités

Une réflexion sur “Raquettes au Nant du Beurre

  1. Les bleus sur les hanches c’est normal, c’est signe d’un très bon report de charge :P.

    Le mauvais temps rend tes photos superbes mais ça fait un peu flipper ces nuages.

    J’ai bien ton dessin aussi, il me fait penser à ceux de Jeremy Collins, well done!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s